Objectifs du colloque

Ce colloque interdisciplinaire vise à ouvrir le débat sur la réalité du racisme et des discriminations raciales dans les champs scolaire et académique, à partir d’un état actualisé des connaissances. Colloque de portée internationale, bien que particulièrement centré sur l’analyse de la situation dans l’espace national français (métropole et outre-mers), il vise ainsi à contribuer à dresser une « cartographie » de ce que l’on sait ou non à ce jour sur les processus de racisme et de discrimination raciale à l’école et dans le monde académique, dans leurs articulations avec les autres systèmes de pouvoir et de hiérarchisation sociale, afin de pouvoir dégager des perspectives pour des programmes ultérieurs de recherche. Il vise d’autre part à contribuer à rendre visibles, audibles et discutables publiquement des questions controversées, des travaux peu visibles ou méconnus ainsi que des problématisations laissant leur place aux « savoirs assujettis ». Il vise enfin à ouvrir un espace public autour de l’échange et de la confrontation d’analyses, permettant le dialogue entre des points de vue de recherche et des points de vue de l’action, sur ces questions insuffisamment légitimes malgré leur importance sociale et politique.

******

Axes de communications

Le colloque sera organisé autour de quatre grands axes de questionnement, sur lesquels les propositions de communication sont attendues :

  1. Que sait-on des expériences et vécus des discriminations et du racisme quotidien dans les établissements publics comme dans les écoles privées (de la maternelle au secondaire), et dans les universités ou établissements d’enseignement supérieur ? Ceci, tant du côté des publics (élèves, étudiant.e.s, familles) que des agents des ces institutions dans le cadre de leur travail ? Comment ces expériences du racisme sont-elles vécues et/ou pensées par les acteurs.rices concerné.e.s y compris dans leurs articulations avec les rapports de genre, de classe, et les rapports de pouvoir éducatifs ?

  2. Que sait-on des processus systémiques de discrimination ainsi que du racisme en acte dans les champs scolaire et universitaire ? De quels éléments d’objectivation empirique dispose-t-on à ce jour pour attester et documenter cette réalité, pour comprendre son organisation et son fonctionnement ? Quelles analyses peut-on faire de l’ampleur du phénomène comme de son fonctionnement dans les espaces et les rapports éducatifs ? Quels sont, de façon connexe, les obstacles pratiques ou concrets à la réalisation d’enquêtes dans ces domaines ?

  3. Que sait-on de l’« héritage » colonial, et/ou des transferts et des circulations (d’imaginaire, d’organisation, de personnels, de pratiques…) entre, d’une part, l’école et l’université coloniales, et, d’autre part, l’école et l’université françaises actuelles ? Dans quelle mesure le racisme et les discriminations raciales contemporaines peuvent-ils être liés à ces expériences historiques, et peut-on y voir des logiques de continuité ou au contraire de discontinuité, et des transformations historiques du racisme et des discriminations au sein de ces institutions et espaces sociaux ?

  4. Enfin, quel est l’état des pratiques et des luttes antiracistes et antidiscriminatoires dans les espaces scolaire et académique ? Quelles sont les formes de résistances mises en œuvre face à ces processus oppressifs, portant sur quoi et avec quels effets ? Quelle analyse peut-on faire, plus largement, de l’action ou de l’inaction scolaire/universitaire, pour réguler ou contrer le racisme et les discriminations ? Et de façon plus spécifique, dans quelle mesure les dispositifs dits de « promotion de la diversité » favorisent-ils la régulation du racisme et des discriminations, ou, au contraire, reproduisent-ils, voire masquent-ils, cette réalité ?

    ****** 

Comité d'organisation

URMIS - Unité de recherche Migrations et sociétés (CNRS UMR 8245, IRD UMR 205, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis) : Romane Blassel, Géraldine Bozec, Marguerite Cognet, Fabrice Dhume, Silyane Larcher

Master MIRI - Migrations et relations interethniques, Université Paris Diderot : Anissa Chtaïni, Sophie Garcia, Anaïs Ousseni, Lito Parissi, Gabrielle Peyres, Soraya Rachedi, Céline Renard, Hannah Rickard, Tristan Valery

ISP - Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220), Université Paris Nanterre : Abdellali Hajjat

PEFH - Pôle égalité femmes-hommes de l’Université Paris Diderot : Rachida Lemmaghti

Réseau national de lutte contre les discriminations à l’école (Institut français de l’éducation/ENS Lyon) : Aïda Kharkhache, Sylvie Martin-Dametto

RIED-France - Réseau international Education et diversité : Géraldine Bozec, Fabrice Dhume

Personnes connectées : 1